• Marion Vincent

Ceux que l'on soupçonne de diffuser l'épidémie ne s'appellent plus Œdipe, mais Parisiens.


Guillaume Erner, à l'aide des sciences sociales, éclaire quotidiennement l'actualité du Covid-19. Le producteur des Matins de France Culture revient sur le sort des 17% de Parisiens qui auraient quitté Paris juste avant le confinement. Jusque-là conspués pour risquer de propager le virus partout sur le territoire, la récente saturation des hôpitaux parisiens pourrait les voir portés en héros de demain.


17 % des Parisiens auraient quitté Paris juste avant le confinement. Cela fait deux informations : 17 % des Parisiens ont quitté Paris, - première information - , on a réussi à les dénombrer, c'est la seconde information. Comment a-t-on procédé ? D'après le Canard Enchainé, les données des opérateurs de téléphone mobile ont été utilisées pour ce faire, preuve que ces données ne sont pas si protégées que cela par les lois françaises... Reste que ces 17 % de Français étaient surtout, pour les autres, des salauds. Leur crime ? Avoir disséminé le virus un peu partout sur le territoire, variation autour du thème « entendez-vous dans nos campagnes mugir ces féroces soldats ». Le méfait de ces Parisiens voyageurs : aller tomber malade là où les infrastructures de santé ne sauraient les recueillir. 



Faudra-t-il rebaptiser les salauds d'hier, héros de demain ?  


Oui mais voilà, depuis deux jours, changement de discours : les hôpitaux parisiens approcheraient de la saturation, quelques malades de plus et le système ne pourra plus les accueillir, c'est Martin Hirsch qui l'a dit à la radio. Le slogan « Parisiens go home » risque de ne plus faire recette même à la ZAD de l'île de Ré. Dans ces conditions, faudra-t-il rebaptiser les salauds d'hier, héros de demain, puisqu'ils se sont dévoués pour être hospitalisés loin de « chez eux », hors de la capitale ? C'est toujours cela de moins qu'il faudra déplacer dans un TGV, 20 malades par 20 malades. J'imagine qu'au fil des journaux télévisés, les multiples reportages rapportant la vindicte populaire contre la décentralisation née de l'exode, vont bientôt cesser et être progressivement remplacés par des portraits de saints, Sophie et Jean-Michel qui se sont dévoués pour aller se confiner sur l'île de Ré. 


J'en parle parce que j'ai vu hier un document sur les révoltés de l’île de Ré, ceux qui n'hésitaient pas à traquer les voitures de Parisiens pour … pour … Eh bien c'est là que l'on comprend moins : attaquer les Parisiens, on voit bien, mais pourquoi les voitures ? On en vient à suspecter des rites magiques semblables à ceux que l'on effectuait au mitan du XIVe siècle, pendant la grande peste. Comprenez : expulser les mauvais esprits en s'en prenant à la carrosserie d'une voiture, vision du virus probablement plus primitive encore que celle qui prévalait au Moyen Âge. 




Il faut remonter à Sophocle et à Oedipe Roi pour retrouver ce genre de réflexes.


Vous vous souvenez probablement qu'Oedipe est un élément perturbateur : à son passif, il a réussi à tuer son père et à coucher avec sa mère. Evidemment, tout cela ne plaisait pas aux dieux. Non content de ses méfaits, il a également diffusé la peste à Thèbes, car c'est lui le véritable responsable de l'épidémie. Cette tragédie grecque, probablement la plus connue des œuvres de l'Antiquité (merci Freud), met donc en scène un homme coupable de tous les maux, cumulant parricide et inceste, et attirant sur la famille et la ville qui l'avaient accueilli, les ravages de l'épidémie. Quelques milliers d'années plus tard, les réflexes sont les mêmes – ceux que l'on soupçonne de diffuser l'épidémie ne s'appellent plus Œdipe, mais Parisiens. 


L'ironie tragique résidait dans le fait que le roi Œdipe voulait chasser le miasme de sa cité, alors que c'est lui qui était porteur du maléfice. L'ironie de la situation actuelle veut qu'après avoir accusé les Parisiens, autres figures de puissants, d'emplir des hôpitaux qui n'en pouvaient mais, la vindicte suive son tragique cours en menant à conspuer ces salauds de Parisiens qui malgré l'épidémie ont préféré rester à Paris bien au chaud (et à l'étroit).



Guillaume Erner

Article à retrouver ici.

©2020 par COVIDAILY. Créé avec Wix.com